Partagez
Voir le sujet précédentVoir le sujet suivant
avatar
Admin
Messages : 173
Date d'inscription : 07/02/2016
Age : 47
Voir le profil de l'utilisateurhttp://angelinegluard.forumactif.org
01052017
Lundi 3 avril 2017
Andréa déambule dans la galerie… 
L’exposition des photos sur le Tibet de Gao Bo, artiste chinois, est poignante. Il est allé jusqu’à peindre et écrire sur ses photos avec son sang, comme une offrande aux Tibétains…. 
Dans les autres salles, les immenses photos de condamnés à mort, peintes en noir ou blanc, brûlées, les tableaux aux branches de bois entourées de chiffons sont vraiment très sombres… 
Un article détaille son enfance et sa vie jusqu’à présent… Alors on comprend mieux quelles sortes de démons alimentent ses créations…

Andréa aime savoir qui se cache derrière les œuvres, à quoi ressemble la vie de ces artistes, comment travaillent-ils, comment trouvent-ils l’inspiration ? Elle a l’intention, un jour, de développer une activité : découvrir un auteur, un compositeur ou un peintre, en étudiant ses œuvres créées au même âge que celui que l’on a…
Andréa se souvient… 
Enfant, avec ses grands-parents, elle se rendait, pour partager la traditionnelle galette des rois, chez Lucien Deschamps dans son logis du Quéroy. 
Peintre dans ce petit village de Charente, il avait travaillé dans la même usine que le grand-père d’Andréa. 
A chacune de ces visites ses grands-parents repartaient avec un nouveau tableau.
Dans sa grande blouse, ce personnage un peu voûté avait la particularité d’avoir des lunettes non pas à double mais au moins quadruple foyer ce qui impressionnait beaucoup Andréa : comment peindre sans voir ? Comment Beethoven pouvait composer sa musique magnifique sans entendre… ?
Andréa était fascinée par toutes les toiles et plaques de bois vierges ou en cours, les pots de peintures de toutes les couleurs, les pinceaux usés, de toutes tailles, qui attendaient pour redonner vie à une future scène authentique comme il aimait à les peindre : des vieilles maisons, des poules dans une cuisine en terre battue, la fontaine de la cour de son logis…
Le père d’Andréa lui a donné il y a quelques années le tableau des vielles maisons. Elle ne connait pas la côte de ce peintre peu connu. Mais la valeur inestimable de cette oeuvre est bien celle d’avoir rencontré le peintre et son atelier quand elle était petite et de savoir que ce tableau, elle est la seule à l’avoir…
Partager cet article sur :Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

Commentaires

Aucun commentaire.

Voir le sujet précédentVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum