Partagez
Voir le sujet précédentVoir le sujet suivant
avatar
Admin
Messages : 175
Date d'inscription : 07/02/2016
Age : 47
Voir le profil de l'utilisateurhttp://angelinegluard.forumactif.org
31082017
Très chère invitée, très cher invité,

Aujourd'hui, je te propose ce petit texte instructif :

De la Turlutte au Pique-nique

Attention, que l’on ne s’y méprenne pas ! La Turlutte dont il est ici question n’est pas le cri de l’alouette, ni cette pratique sexuelle qui ne prennent qu’un seul ‘t’…


Samedi, 18 heures, R. et J. sont de retour au port et s’activent pour ranger et nettoyer le bateau après cette grande journée de pêche. 
La glacière a l’air bien lourde lorsqu’ils la déposent dans l’annexe, elle s’enfonce un peu plus dans l’eau. 
Quelques coups de rames plus tard, la voiture est chargée, l’annexe rangée, l’heure du retour à la maison a sonné. 

Mais après le plaisir d’avoir attrapé toutes ces morgates, autre nom de la seiche ou lièvre des mers, le travail, fatigant, ne fait que commencer. 
Une grande bâche étalée dans le jardin réceptionne la pêche du jour qu’il va falloir trier par taille et comptabiliser pour partager entre les deux pêcheurs : 20 petites, 29 moyennes et 21 grandes morgates ! 70 à deux ! 
C’est bien mieux que ce qu’ont fait les copains la semaine dernière : 125 à 4 pêcheurs ! 

Avec minutie et dextérité, les turluttes, ces leurres en forme de petits poissons recouverts d’un tissu aux couleurs vives, sont nettoyées et surtout débarrassées des restes de chair de morgate coincés dans les grappins fins comme des aiguilles. 

Au petit matin du dimanche, à marée haute, J. et R. commencent la partie la plus répugnante de la préparation mais qui fera le bonheur des mouettes et goélands, tout près sur les rochers alentours, qui attendent patiemment la fin de l’opération : retirer la tête, les tentacules et surtout les poches d’encre qui vont venir noircir leurs mains, pour ne récupérer que la partie blanche de la morgate. 

Les petits amateurs s’arrêteraient ici pour lancer les fourneaux… mais J. veut faire plaisir à sa femme, alors il reprend son courage à deux mains, cette fois, bien installé dans la cuisine avec un couteau bien aiguisé pour peler chaque face de ses trente-cinq morceaux de seiche et découper consciencieusement les bords qui seraient un peu trop durs sous la dent. 

Il existe surement mille façon de cuisiner cette matière première aussi bien mise en valeur, mais cuite, simplement, quelques minutes au barbecue, assaisonnée de persillade et d’un morceau de beurre salé, accompagnée d’une petite salade de tomate, elle révélera sa délicatesse et son goût subtil du fond de l’océan.

               


   
Partager cet article sur :Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

Commentaires

Aucun commentaire.

Voir le sujet précédentVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum