Partagez
Voir le sujet précédentVoir le sujet suivant
avatar
Admin
Messages : 184
Date d'inscription : 07/02/2016
Age : 47
Voir le profil de l'utilisateurhttp://angelinegluard.forumactif.org
05112017
Très chère invité, très cher invité,
Je t’ai déjà parlé, mais je ne sais pas si tu t’en souviens, de l’événement déclencheur, la goutte d’eau qui fait déborder, le poids même infime, qui fait basculer vers la perte de l’équilibre, ou bien l’équilibre parfait… 
Enfin ce petit truc dont je n’ai toujours pas réussi à comprendre comment il arrive, par surprise, ou prise de conscience ?
Il survient, et en un instant, tout s’éclaire ou tout s’assombrit.
Voilà donc qu’aujourd’hui, j’ai la sensation de revivre après avoir végété au fond d’un trou, d’une voie sans issue depuis plusieurs mois (… années ?), même si je pense en être sortie de temps en temps, j’y suis retournée irrémédiablement.
L’image d’être en haut de la vague, puis de retomber et finalement me cogner contre les parois d’un aquarium, certes confortable et agréable, m’est aussi venu à l’esprit. Serais-je alors aujourd’hui, en train de faire tomber les barrières de verre ? Suis-je sur le ponton, prête à naviguer sur l’océan des possibles ?
Traumatismes, angoisses, peur de mal faire : signes de perte totale de confiance en soi… parce que certaines personnes m’ont menti, m’ont trahi, m’ont fait miroiter des alouettes et m’ont prise pour une imbécile… et au final, je me rends compte, j’apprends, je sais, que c’est parce que je me suis laissée faire, la plupart du temps.
 
Je suis peut-être naïve, souvent, romantique, assurément, pensive, à en perdre la raison…
Mais je sais qui je suis.
 
Je sais que je ne veux plus être celle qui ne dit rien dans son coin, par peur de blesser, je ne veux plus être la gentille qui bouillonne de douleur, je ne veux plus avoir le cerveau qui tourne en boucle sur les incessants mêmes sujets, la CPU utilisée à 100 %, comme pour un ordinateur dont le problème ne sera pas réglé si je rajoute des barrettes mémoire, c’est-à-dire que je rajoute des activités à ma vie, et que je continue à m’agiter… Non, il faut que je désinstalle le programme qui me fait bugger…
 
Je veux être l’honnête et souriante pédagogue que je sens vibrer au plus profond de mon être.
 
Honnête, pédagogue, cela implique qu’avant toute chose, pour éviter les fausses interprétations, les quiproquos qui me pourrissent la vie, il faut que j’explique, pourquoi je pense à telle ou telle chose, pourquoi je me comporte de telle ou telle façon, avec plus de sincérité.
Encore une fois, je ne veux saouler personne avec mes histoires de gonzesse… alors je vais les écrire, dans un cahier spécial, à disposition de celles et ceux que ça intéresse, parce que la pédagogie, c'est le partage...
Je veux être exemplaire, et ces derniers temps je ne l’étais pas vraiment… en tout cas, pas comme j’ai envie de l’être. Et qui peut m’aider à le devenir mis à part : moi ? Ça fait beaucoup de moi-je, moi-je, moi-je… tant pis… Tant mieux, ça fait du bien…
 
Et il convient d’agir, immédiatement suite à l’événement déclencheur, détecté sans réussir à en déterminer le contour exact. Serait-ce ce début du mois de novembre ? l’arrivée du froid ? parce que ce weekendend, nous n’avions rien de prévu ? parce que j’ai compris qu’être en colère après certaines personnes ne sert à rien d’autre qu’à envahir et faire disjoncter mon esprit ? (Désinstaller Programme)
Alors ? Action !
Celle que je préfère, parce qu’elle ne coûte rien d’autre que de s’y mettre, un peu d’huile de coude, un chiffon, un grand sac poubelle et la satisfaction de l’avoir réussie est immense : action Opération ménage de printemps !
Je sais, je te l’ai déjà dit, il n’y a pas très longtemps que j’allais me mettre au désencombrement, rangement et nettoyage du moindre recoin de la maison. Mais pour l’instant, je n’avais terminé que les plus petites pièces : WC, salle de bain, dressing-débarras…
Hier, c’était le tour de notre grande chambre et du bureau de Gaël. Il a donc passé une grande partie de la journée avec moi. Aucun centimètre de poussière ne nous a échappé, aucune chaussette trouée n’est restée « au cas où » au fond d’un tiroir, aucune boite à « ça peut servir » n’est restée remplie*.
Ce nettoyage à fond de la chambre, des volets, des fenêtres, vitres, meubles, intérieur des meubles, du sol, sans oublier de faire le tri dans les vêtements et changer les draps du lit, le tout en musique, m’a permis de faire le break nécessaire à ma « nouvelle moi »…
Tu vas me dire, mais où sont l’honnêteté, le sourire et la pédagogie là-dedans ? Eh bien… ça te dirait que j’écrive un guide pratique et pédagogique du désencombrement honnête avec le sourire… par exemple ?
La deuxième action, beaucoup plus agréable, et surtout moins fatigante, a été de réserver nos prochaines vacances…
La troisième action : décider de me mettre plus sérieusement au sport. Ce sera la marche, parce que courir, ce n’est vraiment pas possible pour mes chevilles, avec des exercices abdos-fessiers, pompes, etc. au retour de mes six kilomètres minimums en marche rapide.
La quatrième action : ne pas lésiner sur les bisous et les câlins, les petits pas de danse à deux, dès que le rythme de la musique que l’on entend nous inspire, et puis le reste... je ne vais pas avoir finalement assez d’honnêteté pour le raconter ici… Cela s’appelle : l’auto-censure.
La cinquième action : écrire, écrire, écrire… et lire, lire, lire…
La sixième action : reprendre l’habitude d’utiliser pour mes repas, une assiette à dessert, afin de réduire automatiquement les quantités et ne pas prendre de poids.
 
La septième action (la dernière pour aujourd’hui, parce qu’il faut les atteindre ensuite les objectifs !) : ajouter un mot clé en plus d’Honnêteté, Sourire et Pédagogie => Simplicité…  et surtout calmer mes envies d’ailleurs, qui n’ont plus aucun sens.
 
C’est dans les plus petites choses du quotidien que j’arrive à extraire le meilleur…
 
Bertrand, un des chargés de cours de la fac, m’avait éclairé sur ce point. La justesse de son commentaire, dont voici un extrait, sur le journal que j’avais écrit pour son cours et mon projet de recherche sur les contes, m’avait fait monter les larmes aux yeux. C’était le 28 janvier 2014 :
« La recherche qui me semble bouillir dans ce journal, c’est ta recherche de mise en lien, de mise en relation, de mise en réseau de concept. Ce journal peut se lire comme une enquête sur la cartographie des concepts qui te sont chers. Concepts liée à tes rencontres, c’est-à-dire à tes liens souvent très forts avec des auteurs qui te sont eux aussi particulièrement chers.
Ce journal te permet de faire un bel effort pour élucider les implications affectives dans lesquels tu es prise dans ton rapport aux chercheurs et à la recherche, à la communauté de chercheurs apprentis ou non que tu sais côtoyer, interpeller avec aplomb et délicatesse.
[… ] Ce journal a un autre objectif que de réfléchir sur les concepts : il vise d’abord à les apprécier en tant que les faits humains, en tant que fait d’une humanité en marche. Journal humaniste, donc, qui renvoie continuellement la biopsie, le morcellement et la dessiccation des notions à « un plus tard » que je crois prometteur. […]
Ce que j’ai aimé dans ce journal, je me répète peut-être, c’est le toupet lesquels tu provoques des agencements : Barbier, ton père, Authier, ton père, Schweitzer, tes enfants, les tâches domestiques, la moto, Miller, ta mère, le petit chapon rouge, l’assurance, la ville, etc… Tu mets de l’huile ! Ça ne grince pas longtemps avec toi dans ce journal. Les idées s’agencent dans une recherche d’harmonie. Dans ce journal, les choses du quotidien se lient aux mots du quotidien : le véritable conte se trouve ici. »
 
Très chère invitée, très cher invité, je t’avais prévenu… la petite guerrière du Witz n’a pas écrit son dernier mot !
 
* « ça peut servir », terme que j’ai volé à mon ex-collègue « le blond » et que je définis ainsi : le « ça peut servir » est la boite, dans l'entrée d'une maison, sur un plan de travail de cuisine, sur un bureau qui contient les petits objets qui traînent, un bouton à recoudre, un bout de gomme, des pièces de monnaie, un jeton de chariot, un trombone, une punaise, un vieux bon d'achat pour un truc super important, mais qui est sûrement déjà périmé depuis très longtemps, etc.
Partager cet article sur :Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

Commentaires

Aucun commentaire.

Voir le sujet précédentVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum