Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
Admin
Messages : 167
Date d'inscription : 07/02/2016
Age : 47
Voir le profil de l'utilisateurhttp://angelinegluard.forumactif.org

Résumé, attentes, questions

le Dim 5 Juin - 16:23
Pédagogie de l'imagination
Réflexion suite à la lecture de ce passage (journal de Master 1) à partir du livre :
Vladimir Propp, Morphologie du conte, Les transformations des contes merveilleux, Paris :
Seuil, 1970
Page 102 : "Chaque type de personnage possède sa manière de rentrer en scène, à chaque type correspondent
des procédés particuliers que les personnages utilisent pour entrer dans l'intrique.
Ces formes sont les suivantes :
L'agresseur (le méchant)[...] Le donateur [...] L'auxiliaire magique [...] Le mandateur, le héros, le
faux héros, la princesse »
Page 14 : "Les auteurs fantastiques qui utilisent un monde "irréel" - nains, géants, planètes étranges
- mais ne s en servent nullement pour déclencher chez le lecteur une crédibilité rendant possibles la
peur et l angoisse. Non, ils veulent au contraire, avant tout, par ce décalage vis à vis du monde
normal et connu , affiner notre esprit critique et nous faire réfléchir. "
Page 15 : "mais aussi : ce que l adulte juge "traumatisant" l est il nécessairement pour l enfant, et ne
court-on pas également le risque - a trop censurer- de faire tomber le livre pour enfant dans la
peinture d un univers bien aseptisé, "sécurisant mais fade et dénué d intérêt."
Page 19 : "... que veut dire "irréel", et par rapport à quoi un être, un comportement, une situation
sont-ils reçus comme irréels ? Irréels pour notre logique ? Irréels pour un moment donné de l'espace
et du temps ? Y-a-t-il un irréel absolu, ou l'irréel est-il toujours relatif ?
Bornons nous pour l'instant à l'idée suivante : le fantastique serait l'irréel au sens esthétique de ce
qui est seulement imaginable ; ce qui n'est pas visible aux yeux de tous, n'existe pas pour tous, mais
qui est créé par l'imagination, la fantaisie d'un esprit."
Page 21 : "... transformer à sa volonté l'univers : le conte fantastique comme réalisation des grands
rêves humains, rêves souvent repris par la science.
Page 45 : Voir l'enfant rêver « gratuitement », hors des normes, pour le plaisir pur, est toujours pour
beaucoup d'adultes, plus « dérangeant », même s'ils n'ont pas eux-même conscience que leur
inquiétude vient de là.
Page 54 : "...donner à l'enfant le goût du conte et le nourrir de récits fantastiques, s'ils sont choisis
avec discernement, c'est hâter cette maturation d'un maniement souple et lucide de la relation réel -
imaginaire. C'est lui apporter non seulement [...] des matériaux pour la construction de son jeu et
l'invention de règles internes de ce jeu, mais aussi des matériaux pour ses constructions de récit."

Attentes : creuser....
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum